La mucite buccale


Lorsque l’on commence un traitement anticancéreux, on pense parfois savoir à quoi s’attendre. Tout le monde sait qu’il est possible de perdre ses cheveux ou d’avoir des nausées, mais saviez-vous que la douleur causée par un autre effet indésirable lié au traitement pouvait vous empêcher de vous alimenter et de parler ?

La douleur constitue le principal symptôme de la mucite buccale. L’intérieur de la bouche et la langue deviennent rouges et enflés et se couvrent d’aphtes (ulcères). La douleur peut être telle que l’on a des difficultés à s’alimenter, boire et même parler. La pose d’une sonde gastrique pour se nourrir (tube allant directement dans l’estomac en passant par le nez) peut même s’avérer nécessaire en cas de mucite sévère.

La mucite peut se développer dans le tube digestif (œsophage, intestin,…), mais aussi dans la bouche. Elle est alors appelée mucite buccale ou stomatite. Selon la classification la plus utilisée (classification de l’Organisation Mondiale de la Santé - OMS / WHO), la mucite buccale comprend 4 ’grades’ allant du plus bénin au plus sévère. Les grades 1 et 2 se caractérisent par la présence de douleurs modérées et d’un début d’ulcération. Les grades 3 et 4 caractérisent une mucite buccale sévère. Au grade 3, les patients ne tolèrent plus la nourriture solide et doivent donc passer à une alimentation exclusivement liquide. Au grade 4, il devient impossible de s’alimenter et le recours à une alimentation par sonde gastrique peut s’avérer nécessaire. Nombreuses sont les personnes qui développent une mucite buccale légère ou modérée due à leur traitement anticancéreux ; les stades 3 et 4 sont moins fréquents.1

Chez les personnes traitées par chimiothérapie, la mucite buccale peut se développer dès le premier jour du traitement. Dans un premier temps, seuls les tissus situés en profondeurs sont touchés et aucun signe n’est visible à l’intérieur de la bouche. En général, les symptômes n’apparaissent que 5 à 8 jours après le début du traitement. La mucite buccale peut persister pendant 7 à 14 jours avant que la cicatrisation des aphtes ne commence. Le risque de développer une mucite buccale ainsi que sa sévérité augmentent à chaque cycle de chimiothérapie.2

Lors d’une radiothérapie pour un cancer au niveau de la tête ou du cou, les symptômes de la mucite buccale apparaissent plus tard (en général après 2 semaines). Il faudra attendre la fin du traitement pour que la cicatrisation ne commence. Les symptômes de la mucite buccale peuvent alors persister jusqu’à 8 semaines.

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre infirmier(ère) si la mucite buccale vous inquiète.

Cliquez ici pour télécharger une brochure explicative sur la mucite destinée aux patients ou à leurs proches. Vous pouvez également télécharger ici une brochure à l’attention du personnel soignant que vous pourrez remettre, si vous le désirez, à votre infirmier(ère).

1. World Health Organisation / Organisation Mondiale de la Santé. Handbook for reporting results of cancer treatment. Geneva, Switzerland,1979. 
2. Sonis ST. J Support Oncol 2004;2:3–8.


mucite buccale
images

Utilisez les flèches ci-dessous pour faire défiler les images

healthy mouth